L’urgence de penser autrement, par Christian PERSON, porte-parole de l’UDLEF


Penser autrement, en ce qui concerne le drame atroce de la traversée de la Méditerranée sur des bateaux surchargés de migrants, n’est pas juste un souhait. C’est une injonction morale semblable à celle qui s’imposait en 1940 pour les Américains lorsque les bruits de bottes et les rumeurs d’extermination des Juifs se faisaient entendre.

Encore aujourd’hui, malgré les évidences, les esprits semblent tétanisée. Les élites sont comme figées dans le spectacle atrocement banalisé de centaines voire de millions de migrants se jetant dans de vieux bateaux de pêche pour traverser la Mer Méditerannée. Mare Nostrum, disait les Romains, « notre Rome ». Cette mer presque intérieure est devenu le cimetière de nos idéaux de fraternité et d’égalité. Notre incapacité à penser autrement, à sortir de la cruelle alternative de l’ouverture totale ou de la fermeture totale à « toute la misère du monde ».

LC-20170530-Migrations-Europe-Afrique_0_1399_952-768x523

La carte est éloquente, mais sa forme technocratique anesthésie la violence des émotions, la cruauté de millions de destins brisés et la peur aussi des Européens fasse à un pression migratoire que rien ne semble pouvoir apaiser.

Dans la perspective des élections européennes de 2019, qui, croyez-moi, seront les premières élections euro-africaines de l’Histoire, la question de notre avenir commun, de notre ambition commune à 1 milliards d’Africains et 500 millions d’Européens ( tout juste le poids démographique de la Chine continentale…).

Ensemble nous sommes et nos resterons la première puissance économique du monde au service de nos citoyens !

L’UDLEF est d’ores et déjà le premier parti européen dont l’ ambition se conjugue avec la nécessité de penser notre avenir à tous, de penser l’Eurafrique, de lui donner les moyens de sa grandeur et de sa réussite collective. Il n’est pas trop tard. Au contraire, le temps est venu !

Une structure intergouvernementale permanente doit être mise en place. Tous les gouvernements de de la zone devront y avoir un siège permanent. Cette gouvernance devra couvrir une zone géographique couvant l’Union Européenne, le Maghreb et les pays francophones de l’Afrique subsaharienne. Les Etats anglophones d’Afrique se verront proposer une participation peine et entière ou un accord d’association. Une politique de grands travaux , allant des infrastructures ferrovières, lignes de TGV de Johanesbourg à Alger, et d’Est en Ouest. Les infrastructures sanitaires et des pôles de compétitivité seront déployés en synergie tandis que l’électrification de l’ensemble du Continent sera mise en oeuvre.

Des dizaines de millions d’emplois seront créés sur plusieurs dizaines d’années.

C’est pourquoi, je vous renouvelle à toutes et tous, qui dépasserez bientôt le cap des 20 millions de lecteurs de AFRICA TOP SUCCESS vivant entre la Centrafique et la Belgique, de vous manifester auprès de nous, de constituer des comités, là où vous êtes, et de participer, par vos témoignages et vos analyse à cette naissance.

Ensemble nous allons reprendre le pouvoir sur nos vies et sur nos destins, et construire une gouvernance euro-africaine respectueuses de nos nations, mais surtout, protectrice des valeurs universelles d’égalité et de fraternité.

Pour l’UDLEF, son porte-parole, Christian Person

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *